Déficits du cycle de l'urée

1 - Définition des UCD (1)

La dégradation naturelle des protéines dans le foie et les tissus produit de l’ammoniaque qui est  ensuite transformé majoritairement dans le foie en urée au cours d’une série de réactions biochimiques appelée "cycle de l'urée". L'urée est ensuite éliminée par l'intermédiaire des reins dans l'urine.

Cycle de l’urée (1)(2)

En cas d'absence ou de quantité insuffisante des enzymes nécessaires au bon fonctionnement du cycle de l'urée, l’ammoniaque s’accumule dans le sang.

Ces niveaux élevés d'ammoniaque dans le sang (hyperammoniémie) sont extrêmement toxiques pour les cellules du cerveau et peuvent conduire à des lésions cellulaires ou à une mort cellulaire se traduisant par des troubles de la conscience pouvant aller jusqu'au coma. Sans prise en charge thérapeutique et diététique, le pronostic vital est engagé.

Il existe 2 formes d’UCD: les formes néonatales (apparition dans les 28 premiers jours de vie) et les formes à révélations tardives (apparition pendant l’enfance/l’adolescence/ l’âge adulte).

2 - Diagnostic des UCD (1)

La présentation clinique des UCD est très variable selon la nature et la sévérité du déficit. Les signes cliniques de l’hyperammoniémie sont identiques quelle que soit la cause, mais sont liés à sa durée et à sa concentration plasmatique.
Plus tôt les symptômes apparaissent chez le nourrisson, plus le trouble sera grave. Une manifestation des symptômes durant les cinq premiers jours de vie indique un blocage total dans le cycle de l'urée. Le déficit en OTC (Ornithine TransCarbamylase), qui concerne essentiellement les garçons, et le déficit en CPS (Carbamyl Phosphate Synthétase) qui concerne les deux sexes, sont les formes les plus graves de déficit.

Des formes moins sévères peuvent se révéler plus tard dans l'enfance ou à l’âge adulte. Les premières manifestations des symptômes sont souvent des vomissements répétés, des céphalées, une léthargie, des troubles du sommeil, des délires, des hallucinations et des psychoses.
On distingue 2 types d’hyperammoniémie (3) :

  • Hyperammoniémie aiguë
    On la retrouve dans les formes néonatales et les formes à révélation tardive.
    Elle est caractérisée par une augmentation « brutale » de l’ammoniémie.
    Elle entraîne un phénomène de léthargie, de vomissements, une perte de conscience pouvant aller jusqu’au coma et entraîner la mort.
  • Hyperammoniémie chronique
    On la retrouve dans les formes à révélation tardive.
    Elle est caractérisée par un taux d’ammoniémie élevé, au-dessus des normes, stable, et n’entraînant pas de symptômes aigus. L’hyperammoniémie chronique engage le pronostic vital sur le long terme. On l’associe à des dommages cérébraux irréversibles avec retard mental.

3 - Prise en charge des UCD (1)

Les formes néonatales évoluent spontanément vers le coma, puis la mort. Pour les formes plus tardives, elles évoluent vers un retard mental, un retard de croissance et du développement.

De nos jours, une prise en charge diététique et médicamenteuse est disponible. Le diagnostic doit être posé précocement et le traitement instauré dès que possible.

(1) Fernandes J et al. Inborn Metabolic Diseases 4th Edition. Springer 2006 – chap20: pages 264 à 272
(2) Maillot  F et al. Les déficits du cycle de l’urée chez les patients adultes. Revue Neurologique 2007 ; Elsevier Masson : 897-903
(3) Häberle J et al. Suggested guidelines for the diagnosis and management of urea cycle disorders. Orphanet J Rare Dis. 2012 May 29;7:32. doi: 10.1186/1750-1172-7-32. Review.